Rise like a (responsive) Phoenix !

Je ne sais pas si les blogs sont morts, mais une chose est certaine, le mien n'est plus très vaillant. Avec les différents formats d'écrans d'affichage, il n'était plus pratique à consulter depuis belle lurette pour les lecteurs nomades... J'avais certes envie de le dépoussiérer, mais comme pour tout, pas le temps, pas le courage. Jusqu'au jour où on se dit qu'il est temps... Alors on retrousse les manches et on sort la caisse à outils.

Mon Blog V2 est mort !
Qu'il renaisse de ses cendres tel un phénix !

(lire la suite sur le nouveau blog)

Lien vers le nouveau blog

NOUVELLE ADRESSE DU BLOG : http://orpheusonline.com/blog/
NOUVELLE ADRESSE DE FIL RSS : http://orpheusonline.com/blog/?format=feed&type=rss
Pensez à mettre vos liens à jour... ;-)

RIP TÊTU

RIP TETU

Aujourd'hui, le Tribunal de Commerce a prononcé le décès du magazine Têtu.
Je n'avais pas prévu d'en faire un billet, cela fait plus d'une décennie que je ne suis plus un lecteur du mensuel. Mais tout de même, on ne peut pas dire que Têtu n'a pas compté dans le paysage ellegébété. Alors, Salut l'Artiste ! Têtu est mort, Vive Têtu !

Flashback.
1992 : L'hebdomadaire Gai Pied disparait après 13 années de publications mensuelles puis hebdomadaires. Des amis, plus âgés, qui avaient grandi et s'était assumés avec ce magazine versent une larme. Je n'avais lu que quelques numéros, ramassés chez l'un ou l'autre. Je ne m'y retrouvais pas vraiment. Gai Pied Hebdo, je le voyais comme le mag des pédés à moustaches rétros (je me doutais pas qu'ils reviendraient en force 30 ans plus tard... mais ça c'est une autre histoire...). Pour moi, ce canard n'avait pas réussi à passer le cap et à s'inscrire dans les années 1990.
1995 : Naissance de Têtu Magazine le jour d'une GayPride. J'ai déjà fait ma construction, je m'assume pleinement, je n'ai pas besoin d'un magazine pour me réconforter ou m'aider. Néanmoins j'achète le premier numéro. Par curiosité. Et là je me dis "pas mal du tout ce magazine qui parle des pédés aux pédés tout en pouvant être lu par des hétéros". Je vois tout de suite le côté éducatif du truc. D'abord pour les jeunes homos en questionnement sur leur identité, et ensuite pour les hétéros en leur donnant une image de ce que peut être l'homosexualité. J'ai toujours pensé que pour conquérir des droits il fallait être visible. Et cette visibilité, Têtu la donnait. En ça je pense sincèrement que Têtu a œuvré pour la reconnaissance de l'identité homosexuelle et a apporté sa pierre à l'édifice pour l'obtention de droits.

Pendant une dizaine d'années, j'ai lu Têtu chaque mois, sans manquer un seul numéro.
J'étais complètement addict à la rubrique "Actus France / Actus Monde", une vingtaine de pages qui regroupaient les faits marquants de la vie LGBT sur terre, les avancées comme les drames. C'est con à dire mais c'est dans ces pages que j'ai appris qu'on pouvait être condamné à mort parce qu'on était homosexuel (Amnesty International ne marchait pas encore aux GayPrides où nous étions loin d'être aussi nombreux...). Plus tard le cahier Têtu+ et son actu VIH auront aussi toute mon attention, et je me plais à croire qu'elles ont eu un réel impact de prévention, d'éducation, d'information de la communauté homo et aussi de soutien aux personnes touchées par le virus.

J'ai toujours acheté Têtu en kiosque. Parce que j'aime l'acte volontaire d'aller chercher, plutôt que de le recevoir passivement comme une habitude. J'ai fait la guerre plusieurs années au kiosque à journaux du métro La Chapelle où le gars, à l'époque, rangeait Têtu avec les publications pornographiques. J'attrapais la pile et la posait parmi la presse classique en lui disant "Têtu n'est pas une revue porno !". Il m'avait coursé deux fois avant de se faire une raison et a fini par les ranger entre les mensuels féminins et les revues automobiles...

D'années en années ma lecture du magazine se résume de plus en plus à ce cahier Actus, à ces infos qu'on ne trouve condensées nulle part ailleurs. Je passe à vitesse grand V les publicités de plus en plus nombreuses. Je m'attarde de temps en temps sur un dossier si le sujet m'inspire, une interview d'un people...
D'années en années le dossier Actus Monde perd en nombre de pages.
Puis avec la nouvelle Rédaction, les pages modes s'étoffent. En janvier Têtu va te dire que le sac à main pour homme est un must-have et qu'il t'en coutera 500 balluches. En juin Têtu te dira que c'est complètement has-been et ringard.
Le cahier critique musique/littérature/ciné ne vaut pas mieux. On m'y vente des albums techno trop pointus que je n'ai pas envie d'écouter et on descend en flèche ceux que j'aime. Mais je n'ai jamais aimé lire les critiques, que ce soit dans Têtu ou ailleurs... Donc passons...
D'années en années, si le magazine gagne en pages, mon temps de lecture lui diminue considérablement.

Un jour, j'achète Têtu en me disant que je n'ai pas ouvert le numéro précédent qui traine toujours sur la table du salon... Je me suis dit qu'il était loin le temps où lire Têtu dans le RER était un acte militant. Progressivement, j'ai fini par arrêter de l'acheter. Juste un numéro de temps en temps, pour lire sur la plage en vacances ou dans l'avion. La lecture militante s'est mutée en lecture un peu honteuse. J'ai l'impression qu'on me regarde comme je regarderais quelqu'un qui lirait Interview...

J'ai racheté régulièrement Têtu à l'époque des débats sur l'ouverture du mariage. Il va sans dire que le magazine était dépassé, l'info allait plus vite que la presse. Nous avions les infos sur le net, Têtu n'apportait rien, pas même une analyse, juste un état des lieux, une trace figé sur papier pour la postérité...


Aujourd'hui Didier Lestrade a publié un texte avec la verve qu'on lui connait expliquant la débâcle du titre : "Têtu est devenu mou du cul". Je ne suis pas toujours en phase avec lui, mais sur ce coup, je partage assez sa vision de la chose.

Plus tard dans la journée, j'ai lu le Communiqué de Presse de Têtu annonçant sa fin. J'avoue avoir d'abord été ému et triste à la lecture de ces quelques lignes. Et puis est arrivé ce paragraphe :
"Une conjoncture économique difficile, des problèmes structurels de distribution, des agences de publicité pusillanimes… sont les causes principales des difficultés rencontrées. Mais aussi un lectorat gay largement démobilisé, heureux des avancées législatives récentes et désireux de ne plus se distinguer. C’est une erreur largement répandue parmi les gays de penser que l’indifférence à notre différence est définitivement acquise, qu’une page peut être tournée et qu’être ou ne pas être gay n’est plus, sur la place publique, pertinent."
J'ai été un peu agacé je l'avoue que le lectorat gay soit pointé ainsi du doigt. On a, je crois, le lectorat qu'on mérite, et si les militants se sont détournés de Têtu, c'est peut-être parce que Têtu ne l'était plus. Aucun recul de la rédaction sur l'orientation fashion du magazine en décalage avec la réalité ellegébété.
Triste chant du cygne.

Et demain ?
Je crois qu'une presse ellegébété est nécessaire. Parce que nous sommes, quoi qu'en pensent certains, une communauté. Parce que nous sommes vus comme une communauté. Parce qu'il y a besoin d'information, de soutien, de paroles, de prévention pour les jeunes homos comme pour les vieilles routardes... Parce que même si certains aspirent à être noyé dans la masse avec leur droit à l'indifférence, la réalité est que ce ne sera jamais le cas, nous serons toujours différents, pointés du doigt. Parce qu'il n'y a pas que les homos de France, la situation des homos dans d'autres pays moins tolérants mérite aussi d'être racontée. Parce qu'une presse communautaire est un moyen de laisser une trace dans l'histoire de ce qu'il s'est passé, de comment nous avons vécu et comment nous vivons. Parce que ce n'est pas faire du communautarisme (au sens péjoratif du mot) que de narrer tout cela.
J'espère qu'une revue avec ces idéaux naitra des cendres de Têtu.
Tiens, Phénix ne serait pas un mauvais nom à lui donner...

En ti calin

A plus d'un titre, cette escapade martiniquaise a été rafraichissante et mémorable.
Exactement ce dont j'avais besoin.
<3

Martinique 2015

♥ from Instagram

Réactions en chaîne

  • mume : Je fus interrogée par T2TU afin de témoigner...
    Mère d'un gar...
    Sur RIP TÊTU
  • KeepSmiling : Bravo pour cet article, j'ai e ce même parcours avec le maga...
    Sur RIP TÊTU
  • orpheus : @TarValanion : Je suis impatient maintenant de lire ton hist...
    Sur RIP TÊTU
  • TarValanion : On a pas la même histoire avec ce magazine, mais on a la mêm...
    Sur RIP TÊTU
  • mume : :D
    Jolis petits poissons.
    Plages appétissantes.
    Vous faites bie...
    Sur En ti calin
  • jp : ah ben j'avais pas lu les commentaires... désolé TM :D
    Sur Chénalakon
  • orpheus : Samantdi : Tu sais bien que je ne sais te refuser quoi que c...
    Sur Chénalakon
  • Melle Isa : Fait .
    Je commence à manquer d'idées
    Sur Chénalakon
  • Tambour Major : Tu faich... mais ça fait plaisir de voir que les keupines pe...
    Sur Chénalakon
  • Melle Isa : en cours , publié demain matin je pense
    Sur Chénalakon

OrpheusTees

CookBook

Livre de Recettes

Recueil

"Première fois"
Récits de la découverte
de l’autre quand l’autre
ressemble à soi
Première Fois

____

"C'est la lutte nuptiale !"
40 textes sur l'Ouverture
des Droits aux LGBT
C'est la lutte nuptiale !

Rapport SOS Homophobie

Rapport Annuel SOS Homophobie